askia-mohamed-tribune

Mon histoire

Les racines

Songhaï généreux et fier, je vois le jour au Niger, ce magnifique pays situé en Afrique de l'Ouest, caractérisé par ses vastes déserts, et ses richesses culturelles diverses. Je grandis bercé par le bruit des avions et une éducation rythmée par les codes militaires. Très jeune, je me découvre une appétence pour l’art du dessin qui, combiné aux jeux de construction auxquels je m’adonnais va très vite me faire avoir pour ambition de devenir plus tard architecte dans le bâtiment. Le destin avait cependant un tout autre plan pour moi.

L'influence du digital et de l'informatique

Après l’obtention de mon baccalauréat scientifique à l'âge de 17 ans, je quitte mon pays pour continuer mes études en France. J’atterris sur la Côte d’Azur, à Nice où je vais suivre une formation en Math-Info (n’ayant finalement pas pu m’inscrire en Architecture) dans le but au départ, de me reconvertir plus tard dans le domaine que je voulais depuis tout petit. Ce virage pris fut néanmoins définitif et s’annoncera au final être le meilleur choix que j’aurais pu faire car il me conduira à voir le monde d’une manière totalement différente.

math-info
ntic

La programmation, l’algorithmique et la manipulation de données massives vont en effet m’aider à toujours adopter une posture de pensée logique et précise, une rigueur dans l’analyse des informations, la recherche perpétuelle de solutions optimisées à des problèmes (parfois simples) et la décomposition des problèmes complexes en problèmes simples pour pouvoir les résoudre plus facilement. Mon cerveau était devenu tel un ordinateur qui pouvait recevoir de multitudes de données issues de diverses sources, les traiter et restituer une nouvelle information. Et cela m'était bien utile au quotidien.

A la fin de mes études, j’obtiens un Master 2 en Mobiquité, Big Data et intégration de Systèmes qui fait de moi aujourd’hui un ingénieur en monitoring des performances applicatives et un architecte de solutions Elasticsearch.

J'ai quitté mon pays pour acquérir des connaissances, avec la ferme intention d’y retourner pour contribuer à son développement. J’ai d’ailleurs eu la chance d’y retourner chaque année pour revoir ma famille et essayer, à chaque fois, d’apporter un petit plus, toujours dans l’optique de ressembler et de transmettre un peu de ce que je peux. Au début c'était des tournois de jeu vidéo, puis des vidéos pour faire découvrir un peu plus le pays et enfin, un rendez-vous annuel (le Digital Influence Lunch) rassemblant une centaine de personnes pour parler de digital, d’entreprenariat et de création de contenu. On quitte l'Afrique, mais que l'Afrique ne nous quitte jamais, je reste imprégné de l'esprit de retour et d'engagement envers ma terre natale.

dil-3
Ile de Gorée

Quand les horizons s'élargissent

“Les voyages forment la jeunesse”, c’est ce qu'à pour habitude de me dire mon père. Dans cette quête de formation, un an avant la fin de mes études, je me lance à la découverte de nouveaux horizons.

Croatie, Tchéquie, Etats-Unis, Ghana, Jordanie… le voyage, cette école sans murs, a façonné ma perception du monde. En découvrant de nouvelles cultures et en conversant avec des esprits variés, les horizons qui s'élargissaient sous mes pas me révélaient la diversité de notre planète. L'inconnu est devenu mon terrain de jeu et la découverte, ma muse.

La passion du drone et la création de contenu

Comme une toile se tisse avec des fils variés, ma passion pour la création de contenu a émergé. Le dessin m'a préparé à forger des histoires visuelles. Et tandis que je cherchais à élargir mes horizons, à trouver de nouvelles manière de communiquer, de raconter une histoire et d’apporter de nouvelles perspectives, le pilotage de drone est apparu comme une oasis dans un désert. Capturer des perspectives inédites du monde et les réduire au simple écran d’un smartphone pour partager ce que les yeux ne voient pas aisément est une passion qui m'anime et qui me permet de transcender les frontières physiques pour offrir un regard unique sur notre planète.

askia-mohamed-dji-rc
ronaldo-el-phenomeno
la-bonte-pieuse

Football et religion

S’il y a bien deux choses qui m’aident à maintenir une certaine discipline, une certaine ligne de conduite et un certain acharnement au travail, ce sont ma religion (l’Islam) et le football à travers notamment la grande institution que je supporte qui est le Real Madrid.

Le Real Madrid n'est pas simplement un club de football, mais une source d'inspiration. Sa discipline, sa soif de gagner et son acharnement à être toujours au top année après année en ayant pourtant tout gagné, reflètent la persévérance qui m'a porté à travers chaque virage de ma vie. Devenu afficionado grâce à Ronaldo Luis Nazario de Lima, mon amour pour ce club n’a cessé de grandir avec les joueurs qui ont continué à l’intégrer même après le départ d’El Fenomeno. C’est le cas de Cristiano Ronaldo, Sergio Ramos, Karim Benzema, Luka Modric, Vinicius Junior ou plus récemment Jude Belligham, qui incarnent tous le Madridismo.

La religion quant à elle, est le fil conducteur de ma vie à chaque instant. Grace a elle je sais ce qu’est la bonté pieuse (S2V177) que je m’efforce à appliquer tout en essayant d'être parmi les serviteurs du Tout Miséricordieux (S25V63-76).